All slots casino blog

Seriez-vous le prochain gros gagnant

Pourquoi bâillons-nous ?

Un chat qui bâilleSource: Pixabay

Tout le monde bâille. Une personne normale bâille au moins entre 5 et 10 fois par jour. Mais vous êtes vous déjà demandé pourquoi vous bâillez ? Et quelle est sa fonction pour le corps humain ? Le bâillement peut être un symptôme d’endormissement. Alors si après avoir passé plusieurs heures à jouer à des jeux d’argent, vous commencez à bâiller, il est temps de faire une pause. Mais l’endormissement est-il la seule raison ?

Qu’est-ce que le bâillement ?

Le bâillement est tout simplement une profonde respiration involontaire. Elle se compose d’une profonde inspiration et d’une longue et bruyante expiration par la bouche, généralement ouverte. Si vous pensez que vous pouvez déclencher votre bâillement, sachez que c’est faux. Le bâillement est tout simplement contagieux : si vous voyez quelqu’un bâiller, ou même si vous le visualisez, vous bâillerez à votre tour. L’humain n’est d’ailleurs pas le seul animal à bâiller. Les chats, les tortues et même les poissons bâillent ! Mais pourquoi bâillons-nous ? À quoi ce réflexe universel sert-il ?

Pourquoi bâillons-nous ?

Lorsqu’on pense au bâillement, on l’associe toujours à la somnolence et à l’ennui. Si ces raisons sont valables, ce ne sont pas les seules. On a longtemps cru, notamment au IVe siècle à l’époque d’Hippocrate, que le bâillement avait pour utilité d’oxygéner le cerveau et d’éliminer l’air impur afin de prévenir une fièvre. Mais des expériences publiées en 1987 ont réfuté cette hypothèse. D’ailleurs, jusqu’à aujourd’hui, peu de découvertes ont été faites sur le bâillement.

Lorsque vous êtes fatigué ou somnolent, un bâillement se produit. Cela peut être dû à l’effet stimulant que le réflexe produit afin de vous éviter de vous endormir. Vous pouvez aussi subir le bâillement lorsque vous n’êtes plus stimulé et que vous vous ennuyez. Si quelqu’un près de vous bâille, et que vous le voyez ou l’entendez, vous pouvez aussi être pris de bâillements. C’est pour cela qu’on dit qu’il est contagieux. Cela marche aussi avec de simples images : si vous allez sur un moteur de recherche et que vous recherchez des photos de bâillements, vous risquez de bâiller vous aussi ! Enfin, certaines molécules chimiques comme les androgènes, ou des molécules contenues dans des médicaments peuvent vous faire bâiller.

Les causes possibles du bâillement

Bien qu’il n’y ait pas de preuves aux hypothèses suivantes, certaines pourraient s’avérer être vraies. Par exemple, bâiller permet d’égaliser la pression entre celle de votre oreille interne et la pression extérieure. Cela pourrait donc jouer un rôle dans la protection de l’oreille et de l’oreille interne en ouvrant la trompe d’Eustache. Bâiller semble stimuler votre excitation et ainsi vous éviter de somnoler si vous vous ennuyez ou s’il n’est pas encore l’heure de se coucher. Grâce aux bâillements, vous êtes plus alerte pendant quelques minutes.

Un bébé qui bâilleSource: Pixabay

L’hypothèse du moment : le refroidissement cérébral

Des expériences ont aussi été menées par rapport à la température corporelle et extérieure, par Andrew Gallup, professeur assistant de psychologie à l’Institut polytechnique de l’Université de New York. En posant sur votre tête quelque chose ayant une température différente de celle de votre corps, vous bâillerez plus souvent. Par exemple, si vous posez une compresse chaude sur votre front, votre bâillement pourrait avoir pour effet de refroidir le cerveau afin de vous maintenir dans un état de vigilance. Le bâillement augmente alors le flux sanguin vers le cerveau. Lorsqu’on est plus chaud, comme en soirée, et que notre cerveau commence à somnoler, mais qu’on doit rester éveillé, bâiller retarde le sommeil.

Le côté empathique du bâillement

Lorsque vous voyez ou entendez quelqu’un bâiller, même si cela n’est que virtuel, vous ressentez vous aussi l’envie ou le besoin de faire la même chose. Selon certains scientifiques, le bâillement serait empathique. Ils ont tenté de prouver cela en étudiant le bâillement sur une population ayant moins de capacité à être empathique, comme les autistes et les schizophrènes. Et lorsque les schizophrènes se sentent bien, ils ont tendance à bâiller plus. De plus, bâiller pourrait aussi être un moyen de communiquer de façon non verbale. D’autres études scientifiques ont permis de montrer grâce à de l’imagerie cérébrale que lorsqu’un humain bâille en regardant un autre humain bâiller, les zones du cerveau concernées sont celles des fonctions sociales. Selon le Dr Gallup, la contagion du bâillement pourrait « favoriser l’éveil coordonné entre les membres du groupe, en synchronisant leur état mental, et en les protégeant potentiellement en les alertant des menaces extérieures plus rapidement qu’il ne le serait autrement. »

À l’heure actuelle, les études sont encore en cours et le bâillement reste un grand mystère pour les êtres humains. Mais les scientifiques sont sur le coup et devraient découvrir très prochainement si les hypothèses actuelles sont vérifiées.