All slots casino blog

Seriez-vous le prochain gros gagnant

La prévention de la perturbation des drones

drone disruptionSource : Pixabay

L’incident de la perturbation du drone à l’aéroport de Gatwick en décembre a fait sourciller beaucoup de monde : comment un couple de drones a-t-il pu paralyser tout un aéroport ? N’y a-t-il rien à faire à ce sujet ? Dans cet article, nous reviendrons sur l’incident de Gatwick. Vous saurez également tout sur les difficultés pour prévenir l’intrusion de drones. Nous vous présenterons les différentes manières dont les pays tentent de s’attaquer au problème.

Que s’est-il passé à Gatwick en décembre dernier ?

Cette histoire qui a fait la une des journaux nous ramène au mercredi 19 décembre à 21 h très précisément. Deux drones entrent illégalement au-dessus de la clôture de l’aéroport de Gatwick à Londres en direction de la piste d’atterrissage. La piste est évidemment fermée une première fois jusqu’au jeudi à 3 heures du matin. Des dizaines de milliers de passagers ne peuvent se rendre à destination étant donné la suppression des vols. Mais ce n’est pas tout, car d’autres drones sont observés le jeudi obligeant l’aéroport à refermer ses portes une heure après sa réouverture.

La lutte anti-drone

Le simple fait que les drones peuvent être actionnés à une distance importante et qu’ils soient rapides et agiles en l’air rend difficile leur descente ou la capture des opérateurs. Il est toujours possible de les abattre, mais la police considère qu’il s’agit d’une méthode à utiliser en dernier recours pour des raisons de sécurité, en particulier dans les zones peuplées. D’autres options comme vous allez le voir sont possibles avec par exemple des systèmes spécialisés de radar et de brouillage, des drones ou des lasers anti-drones et même des aigles dressés pour capturer les appareils volants. De manière générale, plutôt que de s’aventurer dans un endroit interdit avec un drone et de se retrouver devant la justice, il est préférable de se contenter de jouer à des jeux de casino en ligne.

Le drone anti-drone

La première solution est un drone anti-drone. Celui-ci se veut plus imposant que la majorité des drones présents sur le marché. Afin de neutraliser un appareil volant, il est doté d’un énorme filet avec lequel il capture des appareils plus petits que lui. Ce premier projet est présenté en 2015 par Malou Tech. Afin d’aller encore plus loin, le projet Rapere fait son apparition. Ce prototype remplace le filet par une corde qui peut s’enchevêtrer dans les rotors et ainsi neutraliser la machine. Malheureusement, ce projet ne verra jamais le jour, mais d’autres initiatives existent.

Les oiseaux anti-drone

C’est de loin l’invention la plus intelligente et la plus écologique mise en place pour lutter contre les engins volants. Cette idée est née aux Pays-Bas dans les locaux de la police. Des aigles sont formés afin d’être capables d’intercepter en plein vol des drones de petite taille. Les oiseaux sont également entraînés pour ramener les appareils à leurs dresseurs. Les aigles sont assez intelligents pour ne pas se blesser en attrapant les drones et ils sont bien plus précis qu’un humain pourrait l’être.

Les brouilleurs anti-drone

Ce sont des moyens efficaces mais beaucoup plus onéreux que ceux présentés précédemment. Ces engins technologiques ont pour objectif de détecter la présence d’un drone dans l’espace aérien, d’évaluer sa menace pour la sécurité des personnes et d’entreprendre des actions afin de brouiller les signaux radio et ainsi faire chuter les appareils. Parmi ces appareils de dernière génération, on peut mentionner l’Anti-UAV Defense System (AUDS). Le DroneDefender est également un appareil très précis dont les fonctions sont similaires à celles de l’AUDS.

Les autres initiatives

Bien d’autres idées ont germé dans la tête des chercheurs en solutions anti-drone. On peut mentionner le laser aveuglant dont l’objectif est similaire à celui de l’AUDS présenté ci-dessus. L’idée n’étant plus de s’attaquer au signal radio, mais au signal visuel des drones en interférant avec les signaux des caméras. En surchargeant les capteurs avec de la lumière, il est ainsi possible d’aveugler un appareil volant. Enfin, il y a une solution qui fait encore peu parler d’elle, c’est la capacité à pirater un drone et à en prendre le contrôle. Si vous utilisez un drone, soyez conscient de tout cela et des peines que vous pouvez encourir en vous aventurant avec un appareil volant dans des lieux où la tolérance zéro est de rigueur.

Vers une législation anti-drone

Devant l’engouement pour les drones, plusieurs projets de loi ont été déposés. Certains d’entre eux ont même été adoptés, mais nous avons encore beaucoup de chemin à faire. Peut-être qu’une licence sera nécessaire dans les années à venir afin de piloter ces engins qui ont bien des avantages pour le public, mais qui peuvent s’avérer également très dangereux pour la sécurité. Interdire l’utilisation des drones aux civils réduirait certes le nombre de drones, mais les risques pour la sécurité seraient toujours là : toute personne malveillante qui a l’intention de créer des perturbations ou exercer des actes terroristes pourrait s’en procurer illégalement ou même le fabriquer.