All slots casino blog

Seriez-vous le prochain gros gagnant

Fela Kuti, l’inventeur de l’afrobeat

Fela KutiSource : The National

L’afrobeat est né d’un mélange de jazz, de percussions africaines, et d’une grande dose de militantisme. Fela Kuti en est l’inventeur, qui a su défendre les droits des Africains et relater leurs difficultés, à travers les rythmes endiablés des musiques africaines et la profondeur du jazz, armé de son saxophone. Avec une mère féministe, sa rencontre avec Sandra Smith qui l’initia aux idées de Malcolm X et à la défense des droits des Africains, Fela est devenu le porte-parole de la classe ouvrière du Nigeria, et des Africains en général, allant même jusqu’à créer son propre parti politique. Malgré les arrestations, les destructions et les tortures que Fela a subies, son style de musique est désormais connu dans le monde entier et continue d’exister aujourd’hui à travers ses fils Femi et Seun.

Qu’est-ce que l’Afrobeat ?

L’afrobeat est originaire du Nigeria et a été inventé dans les années 1970 par le célèbre Fela Kuti. Entre jazz, funk et musique traditionnelle, l’afrobeat est aussi agrémenté de chant. Sur un rythme de percussions, notamment mené par Tony Allen, le batteur du groupe de Fela, de cuivres, de claviers et de guitares, l’inventeur de l’Afrobeat y chante des textes souvent politisés, ou sur le militantisme. De nombreux groupes se sont inspirés de l’afrobeat dans les années 1970, comme Ka-La-Ka et Ghetto Blaster. Le batteur de Fela a également utilisé l’afrobeat pour faire un album solo.

Qui est l’inventeur de ce style de musique ?

Il est né dans les années 1930, il est reconnu dans le monde entier, mais banni à l’époque, nous ne parlons pas du milliardaire australien Archie Karas qui a gagné gros avec les jeux de casino, mais de Fela Kuti, la légende de l’afrobeat qui a été arrêté plusieurs fois durant sa vie. Avec une mère activiste et féministe, Fela a grandi dans le militantisme. En 1969, il rencontre les Black Panthers et particulièrement Sandra Smith, militante du mouvement révolutionnaire de libération afro-américaine, et notamment des idées de Malcolm X. Cela a été un déclic pour Fela, qui s’est alors lancé dans l’écriture de textes très politisés, s’est battu contre les dictatures militaires, et a créé l’afrobeat : des rythmes africains et des chants engagés. Aujourd’hui, Fela est encore reconnu dans le monde entier et a influencé de nombreux artistes.

Quelle est l’influence de la politique ?

La rencontre entre Fela et les Black Panthers à Los Angeles en 1969 a été déterminante dans la carrière de l’artiste et dans la création de l’afrobeat. C’est en effet à ce moment-là que Fela en a appris plus sur Malcolm X et son engagement pour les droits des Afro-Américains, et plus globalement sur l’afrocentrisme. Combattant férocement la dictature en place au Nigeria et son gouvernement militaire, en soutenant la classe ouvrière du pays, Fela a été considéré par les dirigeants comme un rebelle, et a subi un véritable acharnement. En 1977, 1000 soldats ont été mobilisés pour détruire son complexe et ses œuvres, sa mère a été défenestrée dans l’opération, et Fela a été arrêté et torturé. Après un exil, Fela est retourné au Nigeria pour fonder son propre parti politique, le MOP, et s’est intéressé de loin aux combats des femmes, lui qui était pourtant sexiste et peu progressiste dans le patriarcat.

Qu’est-ce que l’Afrobeat ?Source : Tunefind

Qui sont les meilleurs fans ?

Avec ses textes politisés pour les droits des Africains, contre le gouvernement militaire et militant pour la classe ouvrière, Fela n’a pas eu de mal à se faire aimer de la classe la plus pauvre du Nigeria : les Nigeria’s Poor. En effet, Fela se battait pour le peuple, et n’hésitait pas à le défendre face à la politique dictatoriale du moment. Les riches étant nettement moins affectés par les problèmes financiers et la survie dans le pays, les pauvres étaient forcément les plus touchés par les questions que posait Fela dans ses chansons. Il était considéré comme le porte-parole du peuple, un véritable Bob Marley du Nigeria, et a même fondé un parti politique pour défendre les Nigériens, le Movement of the People (MOP).

Quelles sont les meilleures chansons de Fela ?

Fela a écrit et chanté de nombreuses chansons, parmi lesquelles dix ressortent particulièrement, que ce soit avant l’invention de l’afrobeat, ou après. Voici les 10 meilleures chansons de Fela du début de sa carrière et les œuvres finales les plus importantes de sa vie :

  1. « It’s Highlife Time » écrite à Londres,
  2. « My Lady Frustration » inspirée par Sandra Smith,
  3. « Ye Ye De Smell » avec Ginger Baker,
  4. « Roforofo Fight » enregistré au Lagos.
  5. « Gentleman » un album studio de 1973,
  6. « Expensive Shit » faisant référence à l’une de ses arrestations,
  7. « Lady » qui relatait ses problèmes avec ses femmes,
  8. « No Agreement » avec Tony Allen,
  9. « Coffin for Head of State » qui narre la mort de la mère de Fela,
  10. « Africa, Center of the World » avec Roy Ayers.

Le mois prochain, nous resterons dans l’influence jazz de l’Afrique. Hugh Masekela, la légende du jazz sud-africain, sera le sujet de l’article de décembre !